Trop pardonner, c’est comme trop donner : ils se terminent, toujours, par un épuisement.