Ô Rose éphémère, ta beauté s’est étiolée dans les bras de l’infini, tes pétales emportés par le souffle impitoyable du temps, retournant à la poussière originelle.

Retour en haut