L’insatiable appétit du prédateur, indifférent à l’essence de sa proie, révèle la nature aveugle et mécanique du désir.

Retour en haut