Père, j’oublie, toujours, que je suis père pour être, d’abord, ton fils.

Retour en haut