L’homme ne quitte jamais, vraiment, sa jeunesse puisque l’enfant, qu’il était, continue, toujours, de sommeiller en lui.