Telle une proie convoitée, le pouvoir attise l’instinct de domination de l’homme politique, qui s’en saisit avec l’avidité d’un prédateur assouvissant sa faim.

Retour en haut