Qu’on soit pauvre ou riche, on peut s’évader dans l’imaginaire ; seulement pour les uns, le grand frisson c’est un bon repas, pour les autres c’est un aller simple vers la Lune.

Retour en haut