Le corps humain ne cesse de répondre aux sollicitations du cerveau jusqu’au jour de la rupture éternelle.