Le sage, à l’instar de l’arbre, accueille avec bienveillance la lumière de la vérité, tout en préservant une part d’ombre et de mystère, car il sait que la connaissance absolue est une chimère qui consume celui qui s’y abandonne entièrement.

Retour en haut