Le cœur, souverain capricieux, règne en tyran sur les élans de l’être ; seule la raison, humble servante, peut tempérer ses ardeurs despotiques.

Retour en haut